514.798.4533

Le vocabulaire de la pandémie

En cette période éprouvante, l’histoire s’écrit. En tant que passeurs de l’information, les langagiers doivent choisir avec soin leurs mots pour la relayer à grande échelle et pour rapprocher les gens malgré la distance qui les sépare.

C’est ainsi que le genre féminin de la COVID-19 s’est imposé à l’Organisation mondiale de la Santé, avant de se propager dans les médias et dans nos textes, puis dans l’ensemble de la population. Il convient également de faire la distinction entre une maladie infectieuse et une maladie contagieuse, de même qu’entre le taux de mortalité et le taux de fatalité. Il ne faut pas confondre isolement et quarantaine, ou confinement et état d’urgence sanitaire. Et comment bien rendre social distancing, alors que la distance nécessaire entre les gens doit être tout sauf sociale? Pour notre part, après moult débats, nous avons opté pour une approche au cas par cas. Il faut tantôt créer, maintenir ou respecter une distance entre les gens ou avec les autres, tantôt respecter les consignes d’éloignement physique. Tout est question de contexte et, admettons-le, rien n’est simple dans cette situation qui évolue au fil des jours. Pendant ce temps, le vocabulaire se construit.

L’impératif de télétravail

Contraints de naviguer sur des mers inconnues, nous devons tous modifier nos méthodes de travail, nos habitudes et notre routine dans une certaine mesure. Heureusement, les langagiers sont déjà à peu près tous équipés pour travailler à distance en raison de la nature de leur profession. À tout le moins, les dispositions à prendre sont minimes pour faciliter le travail dans les circonstances. Cette facilité d’adaptation nous permet d’être un peu plus épargnés que les entreprises d’autres secteurs d’activité en ces temps de crise.

Ainsi, les clients peuvent continuer de communiquer avec nos chargés de projet par voie virtuelle. La confidentialité et la sécurité des données des clients demeurent au cœur de nos préoccupations. À ce chapitre, notre vaillante équipe des TI veille au grain. Notre infrastructure informatique a les reins assez solides pour nous permettre de poursuivre les activités sans interruption et de répondre à la demande accrue. Les défis sont multiples, mais aucun obstacle n’est infranchissable pour l’équipe.

En santé, en contact, et au poste

Pour bon nombre d’entre nous, la crise se manifeste de trois façons.

D’abord s’impose l’impératif de répondre à un accroissement exponentiel de la demande des services linguistiques. Ensuite, chacun doit composer avec ses circonstances personnelles relatives au télétravail, aux achats, à la garde des enfants ou aux soins aux parents vieillissants et autres personnes vulnérables de son entourage. Vient finalement la responsabilité de respecter les mesures en place et de veiller sur sa santé physique et mentale afin d’assurer la poursuite des activités et de répondre aux demandes des clients.

Faut-il le mentionner, pendant que des milliers de travailleurs et de professionnels de tous les domaines sont mis à pied, ceux parmi nous qui ont la chance d’avoir conservé leur emploi ont un devoir civique de poursuivre les activités essentielles et économiques autant que faire se peut. Nous ne savons pas exactement ce que demain nous réserve. Nous pourrions nous perdre en vaines conjectures, mais une chose est sûre : tant qu’il y aura des informations à communiquer et à exprimer dans une autre langue, nous serons fidèles au poste.